|

Troubles alimentaires et relation de couple

Partager sa vie avec une personne vivant avec un trouble alimentaire n’est pas chose facile. La relation de couple est un des aspects de la vie facilement affectée. Parlez-en à mon conjoint ! ???? Personnellement, depuis que j’ai un problème avec la nourriture, j’ai vécu 2 relations amoureuses complètement différentes qui ont demandé des ajustements.

Au début de ma première relation, je ne réalisais pas ma problématique, j’accumulais diète par-dessus diète, entremêlé d’épisodes d’hyperphagie boulimique. Mon compagnon ne me posait jamais de questions et pourtant l’effet yo-yo sur mon poids était bien évident. Comme je ne voulais pas l’accaparer avec mes difficultés, je n’en parlais pas. Les seules fois que je l’ai fait, il semblait banaliser ma situation. Donc, inconsciemment, je me suis, éloignée de lui. Après un certain temps, ne sachant plus vers qui me tourner pour faire part de mes inquiétudes, j’ai débuté une consultation à la clinique. Plus tard, pour d’autres raisons, cette relation a pris fin. J’ai passé une année complète à prendre soin de moi avec l’intermédiaire de la clinique, et à faire un bilan de mes 9 dernières années en couple. J’ai réalisé combien il serait important pour moi de m’ouvrir complètement dans ma prochaine relation et que l’homme qui partagera ma vie puisse m’apporter l’écoute et l’appui dont j’ai besoin.

Alors, dans la 2e relation qui est toujours en cours et qui va très bien, je peux vous dire que je parle beaucoup, peut-être trop parfois! ???? Mais je pense qu’il vaut mieux trop en dire que pas assez! Je lui ai rapidement parlé de mon trouble alimentaire et évidemment, par souci de bien faire, il s’est mis à porter une attention particulière à tout ce que je mangeais. Par exemple, si je traversais une crise d’hyperphagie et que je finissais un sac de croustilles qui n’était presque pas entamé, il m’en parlait. Son regard voulait tout dire. Définitivement, je ressentais un jugement et mon sentiment de culpabilité déjà présent, n’a que doublé. Une discussion sur mes besoins et ce que j’attendais de lui a permis de clarifier la situation.

Nous n’entendrons jamais assez parler de la communication qui est la clé de toute bonne relation de couple. Pour moi, quoi de mieux que les discussions sur l’oreiller! Cet endroit est propice à la détente et à l’intimité. Dès que je ressens le besoin de parler, je demande à mon copain d’aller au lit plus tôt ou j’en profite lors d’une grasse matinée et je m’ouvre complètement à lui. De plus, il y a une pratique que j’ai instaurée à la maison et que j’ai nommée : la mise au point. Environ une fois par mois, on s’assoit mon copain et moi et on discute des dernières semaines, comment cela s’est passé et s’il y aurait des choses à améliorer des deux côtés. J’adore cette méthode et je vous la recommande.

Ne pas s’aimer et se dénigrer sans cesse devant son compagnon ou sa compagne peut éventuellement amener celui-ci ou celle-ci à douter de nous. Donc, il faut absolument apprendre à s’aimer comme on est en ce moment et non quand on aura perdu dix livres. Car même avec ce poids en moins, on va trouver autre chose qui ne nous plait pas et nous voilà dans un beau et grand cercle vicieux. Si votre partenaire vous a choisi ainsi, c’est parce qu’il vous aime ainsi, point final. Donc, à nos miroirs, trouvons ce qu’on aime chez nous et mettons-les en valeur, notre bien-aimé(e) appréciera le spectacle! ????

Côté intimité, je sais que ce n’est pas facile de se montrer dans notre tenue la plus légère. Moi la première. Mais cette partie de vous que vous n’aimez pas, qui vous dit que votre partenaire n’en raffole pas! Dévoilez une partie à la fois. Pour l’avoir testé, vous verrez que petit à petit vous vous sentirez en contrôle et beaucoup plus en confiance.

Finalement, un petit message pour nos conjoints(es), on apprécie votre écoute sans jugement et vos encouragements. On parle beaucoup de nous, mais merci d’être dans nos vies!

Manon

Publications similaires